Return to site

Les abeilles, au cœur de la réussite des cultures

Si je vous dis abeille, vous pensez peut-être miel. L’abeille mellifère (ça veut dire qui fait du miel) est originaire d’Asie et se serait propagée en Europe et en Afrique il y a 300 000 ans. Le miel a toujours été un mets recherché. Doux et sucré, il était déjà très apprécié des Egyptiens, Grecs ou Romains qui pratiquaient l'offrande du miel aux dieux.

Aujourd’hui le miel est toujours apprécié. La consommation annuelle française est de 40 000 tonnes, contre 15 000 tonnes produites, si bien que la France est obligée d’importer une majorité du miel consommé. Les 2 000 apiculteurs professionnels et 98 000 apiculteurs amateurs en France ne s’occupent en réalité que de quelques espèces d’abeilles, les espèces mellifères, comme l'abeille noire ou l'abeille italienne. Il existe par ailleurs dans nos pays environ 580 espèces d’abeilles sauvages, toutes utiles à la nature et à l’économie.

L'impact des abeilles est bien supérieur à la production de miel

On aurait tort de réduire l’apport des abeilles à leur seule production de miel. Les abeilles sont en effet essentielles pour le maintien de la biodiversité grâce à leur rôle de pollinisateur. La pollinisation, c’est cette action qui consiste à transporter le pollen des étamines vers le pistil, et permet ainsi aux fleurs de se reproduire. Les fleurs n'étant pas mobiles, l'action des insectes pollinisateurs (dont les abeilles en grande majorité, mais aussi entre autres les papillons, les mouches et les coléoptères) est essentielle à la reproduction. On estime ainsi que 75% des cultures dans le monde dépendent de l’action des insectes pollinisateurs. Les pommes, les amandes, les avocats, le chocolat, le café, le coton... toutes ces cultures nécessitent l'action des abeilles et insectes pollinisateurs.

Des études ont même estimé la valeur monétaire de cette opération de pollinisation. Ainsi, la part de la production végétale destinée à l’alimentation humaine que l’on peut attribuer à l’action des insectes pollinisateurs représente en France une valeur de 2,88 milliards d’euros (chiffre 2010), soit une contribution de 8,6 % de la valeur marchande de la production agricole destinée à l’alimentation humaine en France (source : évaluation française des écosystèmes et des services écosystémiques).

Abeilles en danger, risque pour la biodiversité

Depuis plusieurs années, les abeilles meurent de façon anormale, et la catastrophe est d’ampleur. Un nom a même été donné pour ce phénomène : syndrome d'effondrement des colonies d'abeilles. On estime que 54% des abeilles domestiques ont été décimées en Angleterre entre les années 1985 et 2005.
Les raisons avancées de cette mortalité sont multiples :

  • Les engrais et les nouveaux pesticides sont mis en cause. Ceux-ci auraient en effet néfaste sur le système nerveux des abeilles en perturbant leur sens de l’orientation. Incapable de retrouver la ruche, celles-ci meurent. L'Union européenne a fait interdire 4 substances dangereuses pour les abeilles, mais la législation reste encore timide face à l'ampleur du phénomène de leur disparition.
  • L’introduction de prédateurs a également contribué à réduire considérablement la population d’abeilles. L’exemple le plus parlant est le frelon asiatique qui prolifère depuis une quinzaine d’années. Psst : devinez quel animal incroyable permet de lutter contre les frôlons asiatiques et ainsi de protéger les abeilles ? ... Certaines poules, particulièrement friandes d'insectes ! Chez Pouloulou, nous trouvons cela évidemment génial.
  • Les parasites, divers selon les pays, participent également à ce phénomène. Affaiblissant les abeilles, ils altèrent la capacité de résistance des abeilles face aux virus et aux bactéries.

Les abeilles sont un maillon indispensable des cultures. Leur réduction a des conséquences fortes d'une part sur la filière apicole (le nombre d'apiculteurs a chuté de 40% et la production de miel a baissé de 28% entre 2004 et 2010 selon France Agrimer), d'autre part sur la biodiversité et l'agriculture qui sont alors menacées.

Propriétés fascinantes des abeilles

Les abeilles sont fascinantes. Outre la pollinisation, voici quelques-unes de leurs propriétés :
- Le fonctionnement des ruches est organisé selon un modèle très précis. La Reine est le pilier central et est la seule femelle féconde. Les ouvrières ont pour missions de nourrir la Reine, de fabriquer du miel et d'entretenir la colonie. Celles-ci peuvent tenir tour à tour
 6 rôles au cours de leur vie ! Enfin, les faux-bourdons, c'est-à-dire les abeilles mâles, ont pour objectif de s'accoupler avec la Reine.
- Le miel a des propriétés assez formidables. C'est un mets sucré mais bien meilleur pour la santé que le sucre. Par ailleurs cicatrisant, il est utilisé dans des crèmes pour les brûlures par exemple.
- Les abeilles ont inspiré l’homme pour de nombreuses structures alvéolaires (par exemple le carton ou les briques alvéolaires). La ruche est en effet à la fois très solide et très souple grâce à sa structure composée d'alvéoles héxagonales et composée à 95% de vide.

Les abeilles, pourtant si petites, sont donc essentielles à la biodiversité. Protégeons-les. Dare-dare.

Pour aller plus loin
Nous vous partageons des petites anecdotes amusantes. Nous parions que vous allez épater vos collègues et amis !

  • une ruche peut comporter jusqu'à 50 000 abeilles
  • une reine vivra en moyenne 4 ans contre 50 jours pour une abeille ouvrière
  • une abeille peut voler jusqu'à 8 mètres par seconde
  • les abeilles mellifères parcourent entre 6 et 10km par sortie de butinage
  • pour produire 1 kg de miel, il faut en moyenne 6 000 abeilles qui butinent 800 000 fleurs. Les abeilles doivent parcourir 40 000 km soit la moitié de la distance de la Terre à la Lune !

Vous êtes sensibles à votre alimentation et à l'environnement ?

Abonnez-vous à notre newsletter Salut C'est Poule

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly