Return to site

Pause café : qu'est-ce que je vous sers

9 Français sur 10 boivent du café. En France, le café est même la 2ème boisson la plus consommée, après l'eau bien sûr. C'est aussi le 2ème produit que nous importons le plus (derrière le pétrole).
On le consomme chez soi, au travail, ou dans les cafés-hôtels-restaurants où il est souvent la boisson la plus abordable à 1,90€ en moyenne (2,30€ pour les franciliens !).

Parfois surnommé "or noir", précieux et indispensable dès le matin pour certains, il méritait un zoom. Un article à déguster avec un café peut-être !

Du caféier à la tasse

Le café est cultivé dans plus de 70 pays, entre le tropique du Cancer et le tropique du Capricorne. Les trois plus gros pays producteurs sont le Brésil, le Vietnam et la Colombie.

Le café provient d'un petit arbuste appelé le caféier. Il existe deux grandes variétés de caféiers qui permettent la production de deux types de café différents : le café Arabica et le café Robusta. Pour produire du café, on utilise les fruits de l'arbuste, appelés cerises. Dans ces fruits, ce sont les noyaux qui nous intéressent : ce sont les grains de café.
La première étape de production de café consiste à décortiquer ces cerises et en obtenir les grains. La deuxième étape est celle de la torréfaction, qui est un traitement thermique entre 180°C et 240°C et permet de passer du grain de café vert et sans arôme au grain brun-noir riche en goût. Enfin, une dernière étape permet de moudre le café et de le présenter sous la forme de distribution : moulu, en dosette, en capsule, soluble ou encore en grains si vous réalisez vous-même la mouture du café (mouture, n.f : action ou manière de moudre, des céréales, du café - dictionnaire Larousse).

Il vous reste alors à le passer dans la machine adéquate et le déguster !

Les cerises du caféier

Le café, un produit apprécié !

Le café est un produit plébiscité. Le monde entier est consommateur de café. Parmi les plus gros consommateurs, on retrouve en tête la Finlande avec 12kg par an et par habitant, la Norvège et l'Islande. La consommation en France quant à elle est de 5,4kg par habitant et par an.

En France, on relève que la consommation a fortement augmenté ces dernières années. Ainsi, les ventes en valeur ont doublé entre 2003 et 2018 en raison de l'essor des formats portionnés (capsules et dosettes), plus chers et très appréciés des Français qui en sont devenus les premiers consommateurs par habitant au niveau mondial (source).

Les habitudes varient en effet d'un pays à l'autre et d'une personne à l'autre. Il faut dire que le choix est large, sur le format du café mais aussi sur sa préparation : espresso, café au lait, capuccino, mocchiato, americano... Ainsi, l'Italien préfère le mocha quand le Français privilégie l'espresso. Cette diversité de cafés s'illustre d'ailleurs dans les enseignes qui se sont justement spécialisées dans les cafés, avec des dizaines de cafés proposés.

Quant aux raisons de boire du café, ce n'est pas toujours que par goût, mais aussi parce que le café a des effets positifs grâce à sa caféine qui est un stimulant, renforçant l'attention et l'énergie. Consommée en excès, la caféine est néfaste, pouvant rendre nerveux ou insomniaque. Mais rassurons-nous : en 2016, une étude de l'université d'Ulster (compilant elle-même plus de 1200 études sur le café) concluait que les bienfaits du café consommé en quantité modérée dépassaient ses risques. Ceci dit, hélas pour certains, un café est sans aucun doute meilleur pour la santé sans sucre, lait, crème fouettée, sirop aromatisé...

Une filière aux forts enjeux sociaux et environnementaux

En France, la hausse des revenus générés par le café profite surtout aux torréfacteurs (comme Nestlé, JDE et Lavazza qui représentent 81% du marché) et distributeurs plutôt qu'aux producteurs. Ainsi, les pays de production ne récupéraient que 16% du revenu en 2017 contre 24% dans le milieu des années 1990 selon les analyses du BASIC.

Toujours selon ces analyses, les conditions de culture du café sont encore peu satisfaisantes : on observe une paupérisation des familles cultivant le café, une hausse des pollutions environnementales liée aux intrants utilisés pour les cultures, et une hausse de la déforestation en lien avec l'expansion de la caféiculture.

Depuis de nombreuses années, des alternatives ont émergé et le café est d'ailleurs le premier produit du commerce équitable. Ce commerce équitable permet de réduire les coûts sociétaux par rapport au café conventionnel et d'attribuer une part plus importante des bénéfices aux producteurs.Cette part reste toutefois inférieure de très très loin à celle des acteurs en aval de la chaîne. Par ailleurs, cette alternative reste encore peu répandue : le café issu du commerce équitable représente 3% de la consommation en France.
Le label bio a également un cahier des charges précis avec une certification double à la fois à la production dans le pays de production et à la distribution dans le pays de consommation. La café doit être produit sans pesticide chimique, sans engrais, sur des terres exemptes de ces intrants depuis au moins 5 ans. Ces méthodes doivent permettre de préserver les sols.
Il est bien entendu possible de combiner commerce équitable, label bio et autres labels durables et responsables comme Ecocert, SPP, Max Havelaar, UTZ.

Enfin, le café présente aussi des enjeux de recyclage.
A savoir : 500 communes de France permettent le recyclage des capsules (pour savoir si votre ville est éligible, vous pouvez regarder sur
la rubrique dédiée du site de Nespresso), quant au marc de café, celui-ci se composte. Enfin, n'hésitez pas à remplacer les tasses en carton par une tasse thermos que vous pouvez emporter avec vous.

Comme souvent, il y a des solutions. Et ça, c'est une bonne nouvelle !

Pour aller plus loin
Nous vous partageons des anecdotes amusantes. Nous parions que vous allez épater vos collègues et amis !

    • il existe une journée mondiale du café ! Celle-ci a lieu même prochainement, le 29 septembre.
    • les habitants des Hauts-de-France sont les plus gros consommateurs de café de France avec 4 tasses par jour (source)
    • 125 millions de personnes dans le monde vivent de la filière de la caféiculture, dont 20 à 25 millions de petits producteurs
    • cet article a nécessité 4 cafés à son rédacteur

    Vous êtes sensibles à votre alimentation et à l'environnement ?

    Abonnez-vous à notre newsletter Salut C'est Poule

    All Posts
    ×

    Almost done…

    We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

    OK